Visite touristique de Tongres (Tongeren)

4

Excursion de Capucine | Catégories : Anvers et Limbourg, Villes et villages | Date : 10-09-2009

Nous avons eu un peu de mal à préparer cette visite car il n’existe aucun site officiel (office du tourisme, commune) en français sur la ville de Tongres. C’est donc au hasard que nous avons mis le cap sur la « plus vieille ville de Belgique » (Tournai et Arlon étant occupant les 2 autres marches du podium).

Visite touristique de Tongres Visite touristique de Tongres
Devant la basilique Notre-Dame, la statue d’Ambiorix (à gauche). Ruelles du béguinage (à droite)

Petit rappel historique : en 54 aC., les armées de César envahissent la Gaule. Ambiorix, chef des Eburons, réussit à fédérer les tribus gauloises et à battre l’armée romaine, qui avait établi son camp sur le site actuel de Tongres. Victoire de courte durée, car César n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds : 3 ans plus tard, les Eburons disparaissent des livres d’histoire et Tongres devient une ville romaine de plus en plus importante, au coeur d’une riche région agricole (la Hesbaye) et le long de la voie romaine entre Bavay et Cologne.

D’ailleurs, si vous venez à Tongres par le sud (E42 sortie Saint Georges), vous suivrez sur presque 20 km en ligne droite cette Chaussée Romaine (devenue N614) bordée de tumuli. Impressionnant !

Nous avons trouvé un parking gratuit non loin de la Moerenpoort, très bon endroit pour partir à la découverte de la ville, soit en longeant la muraille médiévale, soit en traversant le ravissant béguinage bien restauré.

Un parcours touristique part de la Grand Place. Il est jalonné de gros clous en bronze placés dans le sol et complété par un document disponible (en français !) à l’office du tourisme.

Visite touristique de Tongres Visite touristique de Tongres
La Moerenpoort du XIVème siècle (à gauche) et la muraille médiévale (à droite)

Visite touristique de Tongres
La muraille romaine (photo prise le long de la Cottalaan)

Chose assez extraordinaire, la muraille romaine se trouve aujourd’hui loin à l’extérieur de la ville. La muraille médiévale (XIIIème siècle) atteste du rétrécissement important de la cité, par rapport à son périmètre au temps des romains. On la retrouve en suivant la Koninksesteenweg vers le sud-ouest.

Visite touristique de Tongres Visite touristique de Tongres

A la basilique Notre-Dame (Onze Lieve Vrouwebasiliek) vous verrez la ferveur qui entoure la statue de la Sainte Vierge, spécialement vénérée en cette année 2009, durant les fêtes septennales. Le cloître ne manque pas de charme (admirez le beau Christ polychrome du XIème siècle dans le porche entre le choeur et le cloître).

Musée gallo-romain de Tongres Musée gallo-romain de Tongres
Florine chez les chasseurs-cueilleurs – Ferdinand et Joséphine enrôlés dans la légion romaine

Retour à l’époque romaine, et même avant (2 salles sont consacrées à la préhistoire), pour une visite du Musée gallo-romain, récemment réouvert et fortement modernisé.

Points positifs du musée :

  • de bons repères chronologiques et géographiques sont proposés aux visiteurs (dates, cartes,…)
  • des animations multimédia qui ont beaucoup plu aux enfants
  • prix d’entrée ultra-modique (1 EUR) de 4 à 26 ans

Musée gallo-romain de Tongres
Il fait bon dans l’hypocauste !

Point selon moi très négatif, voire même dissuasif : aucun panneau explicatif en français, ni sur le contexte général des salles, ni sur les pièces exposées. Seules les animations multimédia sont traduites en 4 langues. Zeer spijtig ! Informations pratiques sur le musée.

Musée gallo-romain de Tongres Musée gallo-romain de Tongres

Tongres est donc vraiment une belle ville à visiter, mais un petit effort linguistique devrait être fait par ses responsables touristiques pour la faire rayonner bien au-delà de la région néerlandophone !

Autres excursions susceptibles de vous intéresser :




Cet article vous a plu ?


Partagez-le sur Facebook ou sur Twitter ou laissez-moi un commentaire !

Ne manquez pas nos prochaines excursions. Abonnez-vous !


    

Commentaires (4)

Je m’insurge d’autant plus de cet « unilinguisme » que Tongres faisait partie de la Principauté de Liège et que la préhistoire et l’histoire romaine sont tout sauf une affaire régionale !!!

Aujourd’hui 23 mars 2012 nous avons visités, mon épouse et moi, la ville de Tongres que nous avons trouvés très belles.
Remarque positive, nous avons vus plusieurs panneaux bilingues et même trilingues devant certains monuments !! ( béguinage, cloître, Moerenpoort …)
Bravo pour votre site
Guy

Je partage votre avis sur lke bilinguisme à Tongres qui en 1950 était parfaitement billingue dans les contacts au centre ville avec les habitants et les commerces.
Des commerces étaient tenus par des francophone parlant aussi le flamand.

Actuellement, il me semble que les Tongrois , nous laissent davantage parler le néerlandais, connaissent encore le Français mails il ne l’affichent plus aussi spontanément.

Une personne que je devais contacter m’a été présentée comme néerlandophone sévère, il m’a acceuilli en français et parlait très bien. Son ami, me le présentait presque comme un flamingant. (Entre eux…)

Je suis un « half Limburger », ma mère originaire de Munsterbilzen. Mon père est d’Athus (LUXBEL) et ma grand-mère Grand-ducale LUX. j’ai aussi des origines alsaciennes « Kieffer », autrichiennes (Salzburg) et allemandes ! Je tente de parler le néerlandais car ma mère ne me l’a (hélas) pas appris. Mais j’aime TONGRES où ma mère y a vécu durant 9 ans et apprécies les « Limburgers », les plus « Ouverts » parmi les Flamands.

Laissez un commentaire

N'oubliez pas de recopier le code anti-spam ci-dessous
(4 lettres ou chiffres) avant de cliquer sur "Submit"

*