Binche, tellement plus que le carnaval !

2

Excursion de Capucine | Catégories : Hainaut, Villes et villages | Date : 26-02-2011

Avec sa muraille en pierre longue de 2,5 Km et ses 25 tours, Binche mérite le titre de « Carcassonne » de Wallonie. C’est en effet la seule enceinte médiévale presque intégralement conservée du pays.
Un peu d’histoire.
La ville est née au XIIème siècle sur un éperon rocheux cerné sur trois côtés par une rivière. Il n’est pas interdit de penser que le site servit de camp romain (on est à deux pas de la voie romaine reliant Tongres et  Bavois (mot à vérifier) ) ou que le site était propice pour un habitat temporaire ou permanent durant la préhistoire…
Le parc de Binche, situé derrière la collégiale Saint Ursmer, est le plus riche en traces archéologiques. Aménagé en jardin de plaisance, il recelait sous ses rosiers les ruines du somptueux palais renaissance édifié au XVIème siècle pour Marie de Hongrie, la soeur de Charles Quint.
Du haut des remparts, vous vous replongez au moyen-âge. Vous comprenez pourquoi l’arrivée des canons ont rendu la ville indéfendable : de la colline d’en face, quelle belle cible que les remparts de Binches! La ville perdit ainsi son rôle de place forte au XVIème siècle, raison pour laquelle ses murailles ne furent pas transformées.
Enclavées peu à peu par les maisons, elles ne furent pas non plus démolies, à part les portes et un tronçon de 300 mètres (sur 2,5Km!)
Un gros effort de mise en valeur de Binche et de son patrimoine a été fait il y a 20 ans, avec notamment la rénovation des murailles et les fouilles dans le parc. A l’époque, un très bel itinéraire fut amenagé autour des remparts. Celui-ci est malheureusement inaccessible par endroits (manque d’entretien? Vandalisme?) mais que cela ne vous empêche pas de faire le tour de la ville!
Par où commencer sa visite? Vous pouvez d’abord traverser le centre de Binche par la rue principale, qui vous mène à l’hôtel de ville, dont le beffroi est protégé par l’UNESCO (comme ceux de Thuin et de Charleroi). L’office du tourisme vous remettra un plan et d’intéressantes brochures. Continuez vers la collégiale Saint Ursmer, puis le parc en haut des remparts, avec les ruines du château. Descendez ensuite par la ruelle des promenades et le vieux cimetière. Faire le tour des remparts (complet ou seulement la partie sud, la plus ancienne). Ne manquez pas de déguster une « rose des remparts » brassée par la brasserie binchoise, dans un des très très nombreux cafés que compte la ville (à mon avis, Binche compte le plus grand nombre de cafés par habitant en Belgique!) Il serait injuste de terminer cet article sans évoquer le musée du masque, que nous n’avons pas eu le temps de visiter et qui vaut à lui seul le voyage!
Et le carnaval?? Si l’affluence du mardi gras vous décourage, sachez qu’il est possible de voir les gilles lors des « soumonces » (à verifier), sortes de répétitions les dimanches de février. Et si vous avez un peu de chance, même hors des dates, vous entendrez le son d’un tambour par une fenêtre ouverte ou vous rencontrerez un Gille « en civil » qui vous parlera, les yeux pleins d’étoiles (ou d’oranges) de ce célébrisime carnaval.

Avec sa muraille en pierre longue de 2,5 Km et ses 25 tours, Binche mérite le titre de «Carcassonne de Wallonie». C’est en effet la seule enceinte médiévale presque intégralement conservée du pays.

Les remparts de Binche

Un peu d’histoire…

La ville est née au XIIème siècle sur un éperon rocheux cerné sur trois côtés par une rivière. Il n’est pas interdit de penser que le site servit de camp romain (on est à deux pas de la voie romaine reliant Tongres et  Bauvais) ou que le site était propice pour un habitat temporaire ou permanent durant la préhistoire…

Binche : le Palais de Marie de Hongrie Binche : Marie de Hongrie

Le parc de Binche, situé derrière la collégiale Saint Ursmer, est le plus riche en traces archéologiques. Aménagé en jardin de plaisance, il recelait sous ses rosiers les ruines du somptueux palais renaissance édifié au XVIème siècle pour Marie de Hongrie, la soeur de Charles Quint.

Du haut des remparts, vous vous replongez au moyen-âge. Vous comprenez pourquoi l’arrivée des canons ont rendu la ville indéfendable : de la colline d’en face, quelle belle cible que les remparts de Binche ! La ville perdit ainsi son rôle de place forte au XVIème siècle, raison pour laquelle ses murailles ne furent pas transformées.

Enclavées peu à peu par les maisons, elles ne furent pas non plus démolies, à part les portes et un tronçon de 300 mètres (sur 2,5 km !).

Binche : les remparts Binche : les remparts

Un gros effort de mise en valeur de Binche et de son patrimoine a été fait il y a 20 ans, avec notamment la rénovation des murailles et les fouilles dans le parc. A l’époque, un très bel itinéraire fut amenagé autour des remparts. Celui-ci est malheureusement inaccessible par endroits (manque d’entretien ? vandalisme ?) mais que cela ne vous empêche pas de faire le tour de la ville !

Binche : le beffroi sur la grand place Binche : la statue du Gilles

Par où commencer sa visite ? Vous pouvez d’abord traverser le centre de Binche par la rue principale, qui vous mène à l’hôtel de ville, dont le beffroi est protégé par l’UNESCO (comme ceux de Thuin et de Charleroi). L’office du tourisme vous remettra un plan et d’intéressantes brochures.

Continuez vers la collégiale Saint Ursmer, la statue du Gilles, puis le parc en haut des remparts avec les ruines du château. Descendez ensuite par la ruelle des promenades et le vieux cimetière. Faites le tour des remparts (complet ou seulement la partie sud, la plus ancienne).

Binche Binche

Ne manquez pas de déguster une « rose des remparts » brassée par la brasserie binchoise, dans un des très très nombreux cafés que compte la ville (à mon avis, Binche compte le plus grand nombre de cafés par habitant en Belgique!). Il serait injuste de terminer cet article sans évoquer le musée du masque, que nous n’avons pas eu le temps de visiter et qui vaut à lui seul le voyage !

Binche Binche

Et le Carnaval de Binche ??? Si l’affluence du mardi gras vous décourage, sachez qu’il est possible de voir les Gilles lors des « soumonces », sortes de répétitions, les dimanches de février. Et si vous avez un peu de chance, même hors des dates, vous entendrez le son d’un tambour par une fenêtre ouverte ou vous rencontrerez un Gille « en civil » qui vous parlera, les yeux pleins d’étoiles (ou d’oranges) de ce célébrissime carnaval.

Autres excursions susceptibles de vous intéresser :




Cet article vous a plu ?


Partagez-le sur Facebook ou sur Twitter ou laissez-moi un commentaire !

Ne manquez pas nos prochaines excursions. Abonnez-vous !


    

Commentaires (2)

Ah oui Binche a vraiment un cachet. Je ne connaissais pas. Merci pour l’idée visite :)

J’aimerais bien passer un séjour à Binche dans 2 semaines. Je me suis informée sur les sites du votre ville et je les trove très intéressent .
Pourriez vous m’envoyer des brochures, plants par poste? Mon adresse est Cour Lourette 2 7100 La Louvière.

Je vous remercie et j’espère du passer un excellent séjour dans votre ville

Laissez un commentaire

N'oubliez pas de recopier le code anti-spam ci-dessous
(4 lettres ou chiffres) avant de cliquer sur "Submit"

*